Innover, ce n’est pas l’apanage des génies

Article publié dans le média EcoRéseau par Alain Conrard, CEO Prodware

Ce monde qui s’ouvre grâce au numérique a de quoi rendre le travail au quotidien plus intéressant, la capacité des hommes et des femmes à analyser, choisir, décider est davantage sollicitée.

La formule « le monde d’après » sonne pour beaucoup comme une incitation à repenser les choses, la manière dont nous vivons, travaillons, communiquons. Habitués, dans un pays jacobin, à attendre la directive venue d’en haut, les Français·es donnent tous·tes leur avis, mais rares sont ceux et celles qui proposent leur vision pour reconsidérer les choses et vraiment changer le quotidien. La faute à qui ? Non à leur incapacité, non à leur manque d’idées, mais à cette tendance à penser trop répandue selon laquelle il y a l’élite d’un côté et la masse du peuple de l’autre. Cette dichotomie tend à dissuader le plus grand nombre de se prendre pour des êtres capables de changer les choses. Oui, Napoléon a marqué son temps, oui, Ferdinand de Lesseps a construit le canal de Suez, Blaise Pascal laisse un héritage séculaire, Curie ou Pasteur font encore office de maîtres à penser dans leur domaine. Oui, des Français·es se sont illustré·es dans la science, la technologie mais on a trop tendance à penser que ce sont des images d’Épinal, des références suprêmes comme des apparitions bibliques alors que chaque année, des inventions naissent dans l’hexagone, l’essor de la Start-up nation à la française atteste de la créativité. Mais arrêtons de penser qu’il faut nécessairement être data scientist pour comprendre le monde contemporain et lui apporter sa part. Trop souvent, il ne vient pas à l’esprit des Français·es qu’eux·elles aussi peuvent innover !

lire la suite de l’article